Narcisse Praz « Gare au gorille ! »

La pédophilie ecclésiastique catholique galopante expliquée aux parents

Dans sa comédie dramatique La ville dont le prince est un enfant, M. Henry de Montherlant exalte jusqu’au sublime – forcément sublime ! – l’inclinaison de l’abbé de Pradts pour l’un de ses élèves
et jeune éphèbe. Voici, en plein scandale planétaire impliquant Sa Sainteté (?) le pape lui-même, un témoignage qui démonte le mécanisme de «la machine infernale», (cf. Jean Cocteau), par lequel, dans ses séminaires, internats et juvénats, l’Eglise catholique instruit ses futurs prêtres à  la haine et au mépris proclamés envers la Femme pécheresse, héritière de la divine malédiction du Jardin d’Eden. En revanche, en guise de compensation aux frustrations sexuelles qui en découlent par le biais de l’obligatoire vœu de chasteté, toute latitude est laissée aux impétrants quant à l’interprétation de la trouble sexualité de Jésus tour à tour impliqué dans une relation (de client ?) avec la prostituée Marie-Madeleine et une inclinaison à peine ambiguë pour Jean son disciple bien aimé. Mais le même Jésus est  aussi l’auteur de l’injonction fameuse «Laissez venir à moi les petits enfants ! ». Le résultat en est que le prétendu objet d’une vocation divine en sort, au mieux, client de Marie-Madeleine ou homosexuel ou, au pire, pédophile, alias pédomane prédateur pervers. Non, Monsieur de Montherlant, votre abbé de Pradts n’a rien d’un saint homme exalté mais tout du gorille lubrique déchaîné de Georges Brassens semant la panique sur son passage. Pardon, Monsieur le gorille, pardon à tous tes congénères pour l’ignoble comparaison ! Les victimes traumatisées, tétanisées à vie m’en rendront justice.

Narcisse Praz

Collection Propos mécréants
140×210 mm, 128 pages,

isbn : 978-2-914980-89-0
10 €

About cabusar