« Les anarchistes de l’île de Ré » par Didier Jung

Au café du Commerce, sur le port d’Ars-en-Ré, les vacanciers d’aujourd’hui apprécient la convivialité régnant dans cette salle au décor un peu baroque. Nul ne se doute que sous la houlette d’Élisée Reclus, William Barbotin et Jules Perrier, ce café abrita un des foyers historiques de l’anarchisme.
Durant deux décennies, à la fin du xixe siècle, une poignée de marins, sauniers, paysans et fonctionnaires locaux se réunissaient régulièrement dans l’arrière-salle autour de ces trois personnages. La propagande à laquelle ils se livraient dans le village provoquait l’inquiétude de la population et une surveillance sans relâche de la police rochelaise. Les deux enfants du pays, Barbotin grand prix de Rome de gravure et Perrier l’ancien communard, fascinés par Reclus, le géographe de réputation internationale, partageaient avec lui la conviction qu’une société idéale naîtrait un jour des principes anarchistes…
Premier ouvrage sur le sujet, Les Anarchistes de l’île de Ré est le fruit de recherches ayant permis de recueillir de nombreuses informations inédites sur cet épisode oublié de la vie rétaise.
Ancien cadre supérieur d’un grand groupe industriel, Didier Jung passe une grande partie de l’année à Ars-en-Ré. Il est l’auteur de plusieurs romans rétais, tous publiés au Croît vif, dont Impasse de l’Ormeau (2009), Pique-nique à Trousse- Chemise (2010), Sables… (2011) et d’un recueil de nouvelles : Au-delà du pont (2012). Il est également l’auteur d’une biographie d’Élisée Reclus, à paraître en 2013.
Illustration de couverture : création originale de François Jung.

ISBN 978-2-919568-27-7 Prix 18 €
En co-édition avec Le Croît vif (ISBN 978-2-36199-412-9)

About bruno